Publiez vos actualités

Retrouvez toute l’information économique locale, des brèves, des infos « terrain » liées aux thématiques de votre communauté. Publiez dans l'espace adhérents les actualités de votre entreprise et augmentez votre notoriété.

CDD, CDI : Etude de la DARES sur l'évolution des embauches

Au sein du Ministère du Travail, la DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) a réalisé une étude en date du 21 juin 2018 relative l’évolution des embauches depuis 25 ans.

En France, le CDI est la forme d’emploi la plus répandue. En 2017, 88 % des personnes en emploi salarié (hors intérim) sont en CDI, contre 94 % en 1982. Les années 1980 et 1990 ont vu une forte croissance du nombre de CDD suivie d’une hausse plus modérée dans les années 2000.

Cette segmentation selon le type de contrat reflète pour partie la division entre un segment primaire stable et un segment secondaire marqué par des mouvements de main-d’œuvre fréquents.

Les recruteurs invoquent à l’appui d’une embauche en CDD plutôt qu’en CDI des besoins limités dans le temps, l’incertitude liée à l’environnement économique, le besoin de tester les compétences du salarié avant un recrutement plus durable et le poids de la réglementation associée au CDI.

L’étude récente de la DARES mobilise les données sur les mouvements de main-d’œuvre et met en lumière l’évolution des usages des contrats de travail sur les 25 dernières années :

I - En matière de flux d’embauches en CDD et CDI, 87 % des embauches se font en CDD

La part des CDD a nettement progressée en 25 ans, notamment à partir des années 2000 et est ainsi passée de 76 % en 1993 à 87 % en 2017. Cela signifie qu’une très grande majorité des contrats signés chaque trimestre est désormais constituée de CDD.

Quelques repères en % :

- 1993                           76,2 %

- 1997                           78,8 %

- 2000                           72,3 %

- 2005                           77,7 %

- 2010                           82,6 %

- 2012                           85,4 %

- 2015                           88,8 %

- 2017                           86,8 %.

Ce taux très important d’embauches en CDD est particulièrement marqué dans certains secteurs d’activité : hébergement médicosocial, santé humaine, services administratifs, audiovisuel ou restauration.

Il est moins marqué dans l’industrie et la construction, où l’emploi temporaire passe avant tout par l’intérim.

II – 30 % des CDD ne durent qu’une seule journée

Outre l’évolution structurelle dans les mouvements de main-d’œuvre, l’on note que celle-ci s’accompagne d’une forte hausse des contrats de très courte durée :

- en 2017, 30 % des CDD ne durent qu’un jour ;

- en 2017, 40 % des salariés ont un contrat de moins d’un mois au cours d’un trimestre donné ;

- la durée moyenne d’un CDD a été divisée par plus de 2 entre 2001 et 2017, passant de 112 jours en 2001 à 46 jours en 2017.

III – Que le taux de rotation de la main-d’œuvre augmente fortement en 25 ans

Ce taux passe en effet de 29 % en 1993 à 96 % en 2017.

Cette hausse résulte essentiellement du développement des CDD très courts, alors que le recours au CDI reste relativement stable.

Les pratiques contractuelles font ainsi apparaître une dualisation du marché du travail plus marquée, entre des salariés en CDI et d’autres multipliant les contrats très courts.

Pour en savoir plus

Informations

Rédacteur
Christine RUBETTI
CONSULTANT COMMERCE

Date de publication
le 02/08/18 à 17:15

Thèmes
Droit social